Comment ça marche ?

Comment ça marche ?

L’efficacité herbicide de Graminastar Plus repose sur un tandem : la matière active, le S-Métolachlore, celui qui agit contre l’adventice, et le Bénoxacors, celui qui évite à la culture d’être touchée en la préservant contre tout risque de phytotoxicité.

Le S-Métolachlore, la matière active, possède des propriétés systémiques qui s’expriment au moment de la levée de l’adventice. Pour résumer : la graine de la mauvaise herbe lève, les premiers cotylédons entrent en contact avec le sol. Pas de chance, Graminastar Plus a tout juste été appliqué après le semis du maïs. La produit diffuse dans les premiers cm du sol surtout si les conditions d’humidité sont réunies. La voie principale de pénétration dans la plante s’effectue via la toute jeune tige, plus précisément au niveau de son hypocotyle. Le S-Métolachlore est aussi absorbé par les racines. Il se répartit dans les tissus et va perturber la synthèse de nombreux composants des cellules comme la production de lipides. Bilan, la plante est détruite. Et oui la vie, sans matière grasse, ce n’est pas jouable !

Le Bénoxacor fonctionne comme un détoxifiant. Il permet à la culture d’éliminer rapidement le S-métolachlore. Du coup, la matière active n’a pas le temps de bloquer les phénomènes physiologiques de la plante. Ouf, la céréale garde ses lipides.

Quels sont les points de vigilance pour que le désherbage soit efficace ?

Graminastar Plus est homologué sur maïs et maïs doux, sorgho, millet, moha.

Sur maïs et maïs doux

Le période préférentielle pour appliquer Graminastar Plus correspond au post-semis du maïs et à la pré-levée des adventices. Si Graminastar Plus doit être appliqué en post-levée précoce des adventices, dans ce cas elles ne doivent pas avoir dépassé le stade 1 feuille. Ce point est important compte tenu de son mode d’action lié au stade très jeune de la plante cible. L'efficacité sera réduite par rapport à une application de pré-levée des adventices. Vigilance vis-à-vis de maïs en croissance : les stades 4 feuilles du maïs et 2 feuilles du maïs doux constituent le dernier repère afin de permettre au Bénoxacor d’assurer son rôle détoxifiant.

Comme Graminastar Plus nécessite un sol humide pour bien diffuser et entrer en contact avec la jeune tige et les racines, si une période de sécheresse est prévue, mieux vaut dans ce cas appliquer Graminastar Plus en pré-semis, de préférence incorporé.

Sur millet et moha

L’application de Graminastar Plus se raisonne entre mars et juin, à partir du stade 2 à 3 feuilles du millet et 2 à 4 feuilles du moha mais avant le stade 2 feuilles des adventices. Pour les graminées, une possibilité est accordée jusqu’au stade 3 feuilles.

Sur sorgho

Le désherbage se pratique uniquement en post-levée de la culture à partir du stade 3 à 4 feuilles, mais avant le stade 2 feuilles des adventices avec une souplesse jusqu'à 3 feuilles pour les graminées.

 

Les pratiques agronomiques pour préserver l’efficacité des molécules

Le raisonnement du désherbage s’effectue toujours dans le cadre d’une stratégie durable, associant les programmes de traitement à une démarche agronomique. Il s’applique à l’échelle de la rotation. La chimie, c’est l’agent de sécurité avec ses renforts, l’agronomie forme le système de défense préventif.

               Carte d’identité obligatoire des principales adventices

Bien connaître les adventices majeures de la parcelle est essentiel pour choisir le bon programme de traitement et la bonne stratégie agronomique. Des outils d’aide à la reconnaissance des plantules existent en cas de doute sur leur identité !

               Jamais les mêmes herbicides à la suite

Prenons le bon vieux conseil de Racine, clin d’œil à son patronyme oblige : « Qui veut aller loin ménage sa monture. » Et bien pour les herbicides, c’est pareil. Afin d’éviter l’apparition de tout risque de résistance des adventices face à une famille chimique, leur alternance est recommandée dans les programmes de traitement. Graministar Plus, s’emploie une seule fois dans le programme de la culture.

               Alternance des cultures d’hiver et de printemps  

La rotation est l’un des leviers clés pour gérer les flores adventices. Elles sont très liées aux culture.
Les mauvaises herbes qui se plaisent en priorité dans une culture précise, ne trouveront plus, l’année suivante, leur terrain de jeu préféré, mais un tout autre environnement avec lequel elles ne sont pas compatibles. Résultat, elles ne lèveront pas, ne pourront pas se reproduire et progressivement leur niveau d’infestation s’amenuisera. Cette stratégie s’appuie sur le pouvoir germinatif des adventices, plus le stock de semences dans le sol se détruit vite, plus la technique sera efficace.

Autre atout : en alternant les cultures, ce ne sont pas les mêmes familles d’herbicides qui sont utilisées. Et là c’est un très bon argument en faveur de la préservation de l’efficacité des produits et de la gestion du risque de résistance des mauvaises herbes face à certaines familles d’herbicides.

               Le labour, stratégie agronomique de fond

Effectué tous les trois ans, il enfouit le problème ! Et oui les semences d’adventices sont renvoyées à 20 cm de profondeur. Elles lèveront plus difficilement. Cette technique est efficace pour les semences qui se conservent au maximum trois ans dans le sol. Les semences de brome stérile et de folle avoine sont toutes détruites en un an. Le stock de semences de ray-grass, vulpin, panic, sétaire, digitaire, gaillet sera quasiment éliminé au bout de 3 à 5 ans. Mais les effets seront déjà significatifs dès la première année.

Le saviez-vous ?

En dessous de 10 cm de profondeur, les semences de matricaire, stellaire, vulpin, ray-grass, renouée des oiseaux, gaillet, chénopode, coquelicot, bromes sont KO. Impossible pour elles de lever ni de se (re)lever !

Resserrer les rangs ?

Et si le maïs faisait blocus vis-à-vis des mauvaises herbes en ramenant l’inter-rang de 75 cm à 50 cm ? Le manque de lumière dès le recouvrement du rang contrarierait alors leur développement. Une idée à creuser en fonction du matériel de récolte, des variétés et objectifs de rendement !

C'est pour toutes ces raisons que Graminastar Plus est imparable.

Nos autres produits

Avant toute utilisation, assurez-vous que celle-ci est indispensable. Privilégiez chaque fois que possible les méthodes alternatives et les produits présentant le risque le plus faible pour la santé humaine et animale et pour l’environnement, conformément aux principes de la protection intégrée, consultez http://agriculture.gouv.fr/ecophyto.
Pour les conditions d’emploi et les usages, doses et conditions préconisées : se référer à l’étiquette du produit ou sur www.lifescientific.com/fr/ 
Life Scientific France - 11-13 rue des Aulnes - 69760 Limonest - 04 69 98 23 41 - Distribution produits phytos pro - Siret : 840 763 056 000 24 - TVA : FR23 840 763 056.