Comment ça marche ?

Comment ça marche ?

La clé de l’efficacité du Lambdastar est chuchotée par son nom : c’est une molécule appelée la lambda-cyhalothrine. Il s’agit d’un pyréthrinoïde, un groupe de substances actives insecticides présents dans la nature, dont les premiers composants ont historiquement été tirés de la fleur du pyrèthre ou du chrysanthème.


On soulève un peu le couvercle, pour comprendre comment ça marche ? Cette fois-ci, on se parle des neurones des insectes. Vous vous souvenez, les neurones : ce sont eux qui transmettent dans les organismes vivants à la fois les informations dans un sens, et aussi les commandes d’action dans l’autre sens. Et cette transmission, elle est de nature électrique.

Enfin, pour être tout à fait précis, c’est de la chimie, qui engendre la circulation d’un signal électrique. Au passage, vous avez vu ? Le mot chimie, ce n’est pas un gros mot : c’est ce qui se produit chaque fois que des molécules interagissent entre elles. Et ça arrive tout le temps, partout, dans le monde vivant.

Mais revenons à nos neurones : comme ils forment un réseau sacrément complexe dans tout le corps de l’animal, ils sont obligés de pouvoir se connecter les uns avec les autres. Et physiquement parlant, le contact n’est pas absolu, il y a une sorte de petit espace vide entre 2 neurones, appelé la synapse, qui doit trouver un moyen de faire passer l’info d’un neurone à l’autre. Allez, on zoome un peu !

Vous pouvez vous représenter un neurone comme une sorte de tube fermé, avec à l’intérieur un liquide chargé électriquement. Quand la charge varie entre les 2 extrémités d’un même neurone, eh bien, on a un signal. Et pour la faire varier, eh bien notre ami le neurone concentre des molécules chargées électriquement dans son petit tube. Ces molécules, c’est du sodium (des ions sodium ; donc, des charges électriques positives). Quand un signal électrique arrive à un bout du neurone, des sortes de portes s’ouvrent et libèrent les ions sodiums. Ces portes, on les appelle des canaux sodiques.

Eh bien la lambda-cyhalothrine, elle bloque les portes en question en position ouverte ! Elle les squatte, s’y accroche, et n’en bouge plus, si bien que le sodium circule librement d’un côté et de l’autre du neurone. Plus de charge électrique ! Comme les neurones ne véhiculent plus de signaux, eh bien plus aucun ordre ne circule dans le corps de l’insecte.

Et parmi ces ordres, il y a ceux qui activent les muscles. C’est la paralysie. Elle bloque entre autres les muscles liés à la respiration. Exit, l’insecte parasite.

C’est pour ça que le Lambdastar est imparable.

Nos autres produits

Avant toute utilisation, assurez-vous que celle-ci est indispensable. Privilégiez chaque fois que possible les méthodes alternatives et les produits présentant le risque le plus faible pour la santé humaine et animale et pour l’environnement, conformément aux principes de la protection intégrée, consultez http://agriculture.gouv.fr/ecophyto.
Pour les conditions d’emploi et les usages, doses et conditions préconisées : se référer à l’étiquette du produit ou sur www.lifescientific.com/fr/ 
Life Scientific France - 11-13 rue des Aulnes - 69760 Limonest - 04 69 98 23 41 - Distribution produits phytos pro - Siret : 840 763 056 000 24 - TVA : FR23 840 763 056.