Skéa ®

Dossier septoriose / fusariose du blé  et helminthosporiose / rhynchosporiose de l'orge :

Découvrir Skéa ®

SKEA est recommandé comme l’un des piliers de la protection pour bloquer rapidement les contaminations des maladies des céréales à pailles, du lin et des crucifères oléagineuses. Composé de prothioconazole, la triazole parmi les plus efficaces notamment contre la septoriose et les deux fusarioses des épis du blé ainsi que l’helminthosporiose et la rhynchosporiose de l’orge, il préserve le potentiel de rendement, la qualité et la sécurité sanitaire de la récolte.

 

 

Pour quelles cultures ?


Le fongicide SKEA et les packs associés, Baraca et Azana, protègent les céréales à paille- blé, orge, seigle, avoine, triticale, épeautre-, contre les principales maladies des feuilles et de l’épi. Il agit aussi sur les maladies des crucifères oléagineuses dont le colza, ainsi que sur celles du lin fibre et du lin oléagineux.

 

 

 

 

 

Lifescientific - 2-Pour quelles cultures ?

 

Pourquoi traiter ?

SKEA est composé de prothioconazole. Un emploi raisonné de ce fongicide, positionné en fonction des observations réalisées au champ et du risque à la parcelle garantit la qualité et le rendement des récoltes de céréales à paille, de lin fibre, de lin oléagineux, de colza et autres crucifères oléagineuses. La protection fongicide s’inscrit en complément des mesures agronomiques dont le choix de variétés tolérantes ou résistantes aux maladies.

 

 

Blé, orge et autres céréales, des grains de haute qualité

 

Une belle baguette, couleur caramel, qui craque sous la simple pression du pouce, sans oublier ses arômes, sa typicité en bouche…  C’est cela la french touch ! Un tel résultat est possible parce que, du grain au pain, l’agriculteur, le meunier et le boulanger veillent à la qualité de leur produit.

Tout commence par le choix des variétés, les moins sensibles aux maladies, puis par la conduite de la culture. Une plante en bonne santé donne le meilleur, en quantité et en qualité. Car le risque majeur, faute de protection efficace, est de voir défiler sur les feuilles et les épis un cortège de maladies avec à la clé de lourdes conséquences économiques et sanitaires. Parmi les principales maladies identifiées sur le blé : les fusarioses, les rouilles, les septorioses et le piétin verse.L’enjeu est le même pour toutes les céréales à pailles quelle que soit la filière, en alimentation humaine et animale.

 

Maladies des céréales, le rendement dérouille sans protection fongicide !


La septoriose est une maladie sournoise. La contamination par ses nombreuses souches se déclenche avec les pluies fréquentes et une température supérieure à 12°C. Elle progresse dans les étages foliaires, grâce au rebond des gouttelettes d’eau chargées de spores. Les feuilles restent bien vertes mais la maladie s’installe. En blé, elle peut provoquer jusqu’à 40 % de pertes de rendement avec des variétés sensibles lors des printemps pluvieux. Les rouilles, jaune ou brune, bien plus dévastatrices, notamment sur la façade Atlantique, humidité oblige, peuvent faire reculer de 45 % la production.

Les dégâts ne sont pas que quantitatifs. La fusariose, maladie de fin de cycle, est causée par les espèces pathogènes du genre fusarium ou microdochium. Le champignon bloque le remplissage des grains jusqu’à émettre des mycotoxines, rendant impropres les lots à la consommation. Ces substances provoquent de graves intoxications alimentaires. Leur seuil de présence est réglementé en alimentation humaine et animale depuis 2006. La fusariose sévit au moment de la floraison, en présence de pluies. Les spores s’infiltrent par les anthères (qui contient le pollen) et pendant la formation des grains.

En orge, l’helminthosporiose peut se développer rapidement dès le stade 1 nœud de la culture et entrainer jusqu’à 35 % de pertes de rendement. La rouille naine, la rhynchosporiose, la ramulariose, les grillures s’ajoutent à la longue liste des maladies de cette céréale qui fragilisent son potentiel de production.

 

Les céréales voisines à portée de spores
Qui pourrait penser qu’un nuage de spores s’arrête à la frontière des parcelles ! Certainement pas les céréaliers. Un champ de blé contaminé par la septoriose, les rouilles, la fusariose… est un risque pour les céréales voisines car les spores se propagent par le vent. Si les parcelles possèdent un risque historique de maladies, alors le traitement préventif est recommandé pour contenir tôt l’épidémie et ne pas se faire dépasser !

 

Lin fibre et crucifères oléagineuses,

Du lin fibre sans duvet, c’est mieux

Les linières sont très sensibles à l’oïdium. Le duvet blanc, symptôme si caractéristique de ce champignon, peut apparaitre au moment crucial où la plante se développe et forme ses fibres. Le mois de mai est donc sous haute vigilance, notamment si les températures approchent les 20 °C avec une forte hygrométrie. Selon Arvalis Institut-du -végétal, une attaque précoce d’oïdium affecte à la fois le rendement et la résistance des fibres : « Les fibres des modalités d’essais non protégées présentent une résistance nettement inférieure à celles des modalités protégées contre les maladies. »

 

Lin graines et autres crucifères oléagineuses, attention aux tâches !

En culture de lin oléagineux, la septoriose, Septoria linicola, contamine d’abord les capsules entrainant un risque d’échaudage des graines. Elle descend ensuite le long de la tige formant des stries brunes qui se couvrent des fructifications du champignon. La septoriose affecte directement le rendement. Quant à celui des crucifères oléagineuses, dont le colza, il peut être fragilisé après l’apparition sur les feuilles de la cylindrosporiose, du sclérotinia ou de l’oïdium.

Lifescientific - 4- les fibres

Pourquoi nous sommes fiers de nos produits,

SKEA, portrait d’un champion ‘multispores’ 

 

En toute honnêteté, nous avons eu peur qu’en rejoignant notre équipe ‘sporetive’ de haut niveau, SKEA face un burn-out. Son palmarès est impressionnant, dix-sept cultures sont inscrites à son actif. Il les protège contre plus de quinze champignons au total ! Mais après une période d’essai, nous savons qu’il sait rester constant et souple en toutes circonstances. Tout dépend de son affectation. S’il est positionné comme pilier central dans un programme fongicide, l’efficacité est au rendez-vous face à un large spectre de maladies. Car non seulement, il est capable de contrôler à lui seul un ou plusieurs champignons, mais, si besoin, il sait travailler en équipe pour couvrir tous les angles d’attaques ! De multiples associations sont possibles avec d’autres fongicides du marché, sans restriction de mélange, puisque qu’au test d’évaluation il a été noté sans classement CMR. Côté entrainement, il a eu suffisamment de préparation tactique pour savoir se mettre à l’abri du lessivage et diffuser rapidement dans la plante. 

 

 

Pack Baraca et Pack Azana, l’assurance multirisque


SKEA a su prouver sa qualité de pilier central dans un programme le cadre de deux associations.

Dans la première équipe, au nom de code Pack BARACA, SKEA, alias ALANA STAR, intervient sur blé en T3 avec le METCOSTAR 60 (metconazole 60 gr/l). Le prothioconazole, seule substance active efficace sur les deux genres de fusariose des épis bloque les contaminations, le metconazole assure les arrières, face à la septoriose et à la rouille brune. 

 

Dans la seconde, Pack AZANA, SKEA/ALANA STAR fait équipe sur orge avec l’AZOXYSTAR (azoxystrobine 250gr/L). Le duo se positionne en T2. Chacun déploie ses points forts. La protection de la feuille est assurée par le prothioconazole, efficace contre l’helminthosporiose, la ramulariose, les rouilles, l’oïdium et la rhynchosporiose. L’azoxystrobine talonne le prothioconazole pour plaquer les rouilles.

Les petits trucs du métier

La réussite d’un programme fongicide dépend de l’efficacité du produit mais aussi du suivi épidémiologique, des bonnes conditions d’application, principalement liées à la météo et aux réglages du pulvérisateur.

 

Deux conseils clés pour un traitement optimisé : 

·        Bien positionner son traitement

Le choix de la période d’intervention est lié à l’observation directe et régulière. Pour agir au bon moment, se référer aussi aux bulletins des santé du végétal (BSV), aux alertes des OAD ainsi qu’aux conseils techniques des experts terrain et des distributeurs agricoles.

·        Choisir un traitement qui apporte le plus de souplesse

Un produit associé à une large gamme de fongicides pour compléter son spectre d’action et pouvant être appliqué sur une longue période donne plus de possibilités de réussite si les conditions météo sont réunies au moment de la pulvérisation.

 

Lifescientific - 6- Les petits trucs du métier
Jeudi, 15h15: on prends toutes les précautions pour arriver à un beau résultat!

 

 

 

Notre responsabilité dans l’accompagnement et l’efficacité de nos produits

 

Les équipes de Life Scientific s’appuient sur un principe la rétroingénierie. Notre service de R&D assure dans ce cadre une procédure de double validation avec l’appui de l’université de Dublin. Tous nos produits possèdent le même niveau d’efficacité que leur référent historique. Cet engagement concerne à la fois les matières actives et la formulation. Nous avons d’ailleurs les mêmes fournisseurs de molécules.

Un bon produit, c’est un tout : un contenu, un emballage et une information complète pour son utilisation. Nous attachons beaucoup d’attention à toutes ses composantes.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quels sont les points de vigilance pour que ce soit efficace ?

Le positionnement recommandé sur blé et orge :

Les stades d’applications sont :

- pour les blés : entre le stade 1 à 2 nœuds et la floraison

- pour les orges : entre le stade 1 nœud et l’apparition des barbes

 

Le positionnement recommandé sur colza et autres crucifères oléagineuses

 

Sur crucifères oléagineuses (hormis le lin), SKEA s’emploie entre les stades BBCH 30 et 80

·        BBCH 30 correspond au stade “début de l’élongation de la tige principale : pas d’entre-nœuds (rosette)”

·        BBCH 80 signifie “début de la maturation : les graines sont vertes et remplissent les siliques”

 

Le positionnement recommandé sur lins oléagineux et fibre

Le traitement est préférentiellement réalisé entre le stade BBCH 30/31 et le stade BBCH 69

·        BBCH 30/31 est caractérisé par le début de l’élongation de la tige principale, tige ≥ 10 cm

·        BBCH 69 est lié au stade “fin de la floraison”.

Les conditions météo au moment du traitement

Éviter de traiter par de trop fortes chaleurs ou en cas de fortes amplitudes thermiques (>15°C). La pulvérisation s’effectue préférentiellement tôt le matin ou tard le soir en cas de températures maximales supérieures à 25°C. Une bonne hygrométrie de l’air (plus de 60 %) est recommandée pour favoriser la pénétration du produit.

 

Résistances aux fongicides céréales, la note commune est arrivée !

Chaque année, des prélèvements sont réalisés dans toutes les régions céréalières afin de suivre l’évolution de la sensibilité des souches de champignons aux différents fongicides. Retrouvez toutes les recommandations de la note rédigée par Arvalis, Inrae et l’Anses Note Commune.  

 

·        Zoom sur les recommandations pour contrôler la fusariose sur blé 

Pour le genre Fusarium, l’efficacité du prothioconazole et tébuconazole est plus variable qu’auparavant, mais toujours possible. Concernant le genre Microdochium, parmi la famille des IDM, seul le prothioconazole présente une efficacité sur ces espèces.

 

 

Au cœur des molécules: Comment ça marche Skéa ?

 

Fiche produit SKEA

Avant toute utilisation, assurez-vous que celle-ci est indispensable. Privilégiez chaque fois que possible les méthodes alternatives et les produits présentant le risque le plus faible pour la santé humaine et animale et pour l’environnement, conformément aux principes de la protection intégrée, consultez http://agriculture.gouv.fr/ecophyto.
Pour les conditions d’emploi et les usages, doses et conditions préconisées : se référer à l’étiquette du produit ou sur www.lifescientific.com/fr/ 
Life Scientific France - 11-13 rue des Aulnes - 69760 Limonest - 04 69 98 23 41 - Distribution produits phytos pro - Siret : 840 763 056 000 24 - TVA : FR23 840 763 056.